?

Log in

 
 
31 July 2016 @ 10:50 pm
L'été est là: Mercantour, Alpes du Sud et même un peu de mer...  
Mont des Merveilles et Gélas

Cîmes du Mercantour depuis la Cîme du Diable


Cela fait déjà plus d'un mois que mes vacances sont terminées, mais je me devais de faire ici un petit aperçu de cette période bénie de l'année ! La période estivale est tout de même la plus propice pour apprécier facilement la montagne (sauf pour les fondus du ski de rando).

Cependant, admettons-le, cet été aura démarré très tard : j'avais posé les trois premières semaines du mois de juin, espérant profiter de la longueur des journées et du temps habituellement clément à cette saison pour profiter du dehors… il a fallu revoir les plans à la baisse. Tous les cols nord-alpins étaient encore bien enneigés. La première semaine de mes vacances, il a reneigé à Grenoble à partir de 1600 mètres…

Lautaret 2

Le 16 juin, au col du Lautaret: la neige...

On est donc partis à la chasse au soleil, et sur la carte de France, à part le pourtour méditerranéen, c'était assez moche. J'ai pourtant peu d'attachement pour cette région que j'associe systématiquement à la plage et à l'industrie de la bronzette, mais malgré tout, cela m'a permis de découvrir vraiment une autre facette du pays ! Comme quoi, il ne faut jamais rester sur ses a prioris.

Calanque de Sormiou

Calanque de Sormiou

Calanques 1

Les Goudes: un classique dont on ne se lasse pas...

L'hiver a été particulièrement clément, et certains disent ici ne pas l'avoir vu passer, car la neige n'est tombée sur les massifs que fin février/début mars : manque de bol, c'était le 5 mars que nous avions pris un dossard avec Steph pour le trail des Vulcains. Moralité : tempête de neige, -11° C au sommet, ressenti à -18°C…
Tout ça pour dire qu'ayant passé l'hiver dehors pour l’entraînement, et ayant maintes fois couru dans la neige, j'avais cette année, grande hâte de revoir le soleil ! Du coup, cette petite cure de Sud m'a vraiment fait le plus grand bien !

Sur le chemin pour grimper à la Sainte Victoire

Roche aux couleurs magiques, à la Sainte Victoire

Je partage avec vous quelques photos de mon coup de cœur du voyage : la montagne Sainte Victoire. Cette longue barre rocheuse qui s'étend à l'Est d'Aix-en-Provence a été notre terrain de jeu pour trois jours vraiment complets, dont je me souviendrais longtemps !
J'avais déjà fait la montée jusqu'à la Croix de Provence, mais rêvais de revenir faire une traversée complète ! C'est chose faite à présent, ce qui a donné lieu a une magnifique journée : traversée par les crêtes le matin, et retour sous les falaises l'après-midi, c'était juste magique.

Sainte Victoire, Croix de Provence

Croix de Provence

Les falaises de la Sainte Victorie

Les Crêtes de la Sainte Victoire

Ne mâchons pas notre plaisir, un petit tour dans les Calanques entre Marseille et Cassis a permis de voir la mer sous un autre jour que des plages de galets recouvertes de corps nus. Mais là, Bibi a presque eu un peu trop chaud !;)

Calanques 2

Au palmarès de ce début d'été 2016, une incursion dans l'arrière pays niçois, et les vallées de la Vésubie et de la Roya.
Ambiance très particulière dans cette partie oubliée du territoire à forte identité, et qui n'a été que récemment rattachée à la France (et où les autochtones n'aiment résolument pas trop les touristes…). Expériences humaines très mélangées entre des personnes adorables rencontrées sur le chemin (l'alpiniste-parapentiste qui nous prend en stop et dont le cœur est resté dans les Ecrins, Charlie, notre super guide dans la vallée des Merveille, Raymonde la Mamie-en-Or qui nous a prêté un petit appartement pour une nuit à Belvédère, ou la néo-hyppie un peu barrée qui, au cours d'une visite d'une chapelle de montagne avec des fresques du XIVème, nous raconte que Marie-Madeleine tartinait le Christ de cannabis…) et un aspect vraiment hostile : panneaux de randos criblés de balles de fusil, tags hostiles (« chiens de touristes », « porcs de niçois, ici ce n'est pas chez vous »…) et commerçant qui refuse de te vendre un timbre ?!

Tende et sa cathédrale

Tende et sa cathédrale baroque

La Brigue

une rue = une montagne

Tende

Ambiance montagnarde à Tende

Ruelles de la Brigue

Les ruelles de la Brigue

Dans tous les cas, les villages sont magnifiques, accrochés à la montagne, comme la Bastille rouge de Saorge, adorable village perché, dans tous les sens du terme : un microcosme fou à découvrir ! Et une architecture barocco-montagnarde encore différente de l'Italie.

Saorge perchée

Saorge après l'orage

Chat perché!

Arbre résistant


Habitants de Saorge

Observés!

Les habitants à poils de Saorge

mais bien accueillis

La nature reste l'impondérable dénominateur qui emporte le coup de cœur de ce voyage. Je ne connaissais pas du tout les paysages au Sud du Parc National du Mercantour, mais ils laissent un souvenir impérissable ! Malgré tout, encore quelques passages scabreux du fait de la croûte de neige/glace qui avait du mal à fondre à cause d'un iso 0 particulièrement bas : il faudra y revenir, c'est certain.
Une mini-semaine d'itinérance entre la Vésubie et la Vallée des Merveilles a quand même permis de se rincer un peu les yeux avec de beaux paysages de montagnes, malgré les orages bien ponctuels chaque jour, à compter de 15 ou 16h.

Saint-martin Vésubie - la Gordolasque par les crêtes

Le chemin des crêtes entre Saint Martin-vésubie et la Vallée de la Gordolasque

Lac blanc

Ambiance minérale au bord du lac Blanc

Si vous n'avez jamais sauté le pas, je vous recommande chaudement la Vallée des Merveilles ! C'était vraiment pour moi un rêve d'enfant… Un numéro spécial de mon magazine « Archéo Junior » avait marqué ma mémoire (oui, et j'avais un T-shirt Indianna Johns, aussi), et dans le récit familial, on s'était longtemps fait la promesse, jamais accomplie cependant, de monter visiter ce site d'altitude absolument ahurissant : les milliers de gravures datées de 3000 avant Jésus-Christ, dans une vallée à 2200 mètres d'altitude, des symboles mystérieux, « ésothériques » au sens premier du terme.

Le Sorcier au pied du Mont des Merveilles

"Le Sorcier" au pied du Mont des Merveilles

Si étrange de se retrouver devant cet ensemble de signes desquels on ne retrouve toujours pas la signification... De multiples théories s'acharnent à les expliquer (archéologiques, historiques, sans parler des croyances farfelues), sans pouvoir pour autant donner une réponse définitive de ce langage fait de symbole dont la lisibilité n'est clairement pas l'objectif premier…

Baleine gravée...

Baleine gravée

Je ne veux pas trop parler ici de toutes ces connaissances et commentaires appris au fil de la visite : je ne voudrais pas déflorer trop le sujet, et le ressenti en est forcément assez personnel... Ce que je peux vous dire, c'est de ne surtout pas couper à la visite guidée qui est organisée tous les matins d'été de juin à septembre, avec les guides de montagne du Parc National. Outre le fait que cette visite a été l'occasion de très belles rencontres, on y apprend plein plein de choses, avec humilité, sans dogmatisme… En outre, la vallée n'est pas ouverte à un cheminement libre, du fait du classement de protection dont font l'objet ces gravures. Il est interdit de sortir du GR (et c'est scrupuleusement surveillé).

Chaos merveilleux

Vallée des merveilles

Suivre la visite permet en outre de ne pas se contenter des gravures qui bordent le chemin, et donne vraiment du sens à ce que l'on voit. Mais on a parlé de tellement plein de choses : la vie en montagne, le néo-pastoralisme, la réintroduction du loup, les polémiques engendrées par la réglementation du cœur de Parc, la ligne TAV Lyon-Turin, etc...

Pas de l'Arpette

Montée de la Gordolasque par le Pas de l'Arpette

En bref : allez-y. Il y a quelque chose de magique dans cette vallée. Tout est beau : le site majestueux, les pentes désolées du Mont Bego, les gravures hermétiques, les marmottes dodues courant sur les rochers au lever du jour, les portées de jeunes chamois au poil hérissé qui caracolent en fratrie… tout !

Voisins merveilleux

#photodemerde mais c'était émouvant!

Ce fut tout de même des vacances à forte frustration photographique, car j'avais fait le choix, pour les questions de poids habituelles, de ne prendre que mon téléphone portable avec une batterie externe…
La photographie est le parent pauvre de cette année dédiée à la course à pied : il faudra remédier prochainement à ça, d'autant que j'ai encore quelques pelloches à développer, et que Julien me fait très envie avec ses expérimentations saugrenues au Cafénol, Bieranol et même au Destop… Le développement à la soude, un nouveau mode d'expérimentation hautement écologique à tester ! XD

reflet...

Lacs au dessus du refuge des Merveilles, au lever du jour

La Brigue contestataire

Ambiance contestataire dans un village de la Roya!

Dans ce récit de vacances, peu de photos de réflex donc, je m'en excuse par avance !
Et vous, vos vacances ? Meilleure météo ? Où êtes-vous partis ? Que préparez-vous de beau si elles sont à venir ?

 
 
 
 
 
hana_no_kohana_no_ko on August 13th, 2016 07:38 am (UTC)
Portable ou pas, les photographies sont déjà superbes. J’ai envie de visiter le village de Tende maintenant, le côté baroco-montagnard a achevé de me séduire je crois ! D’où une question d’ordre bassement technique : penses-tu que ces différents parcours sont accessibles à une randonneuse un peu béotienne ? Je ne suis pas une grande habituée des GR, j’en ai déjà fait quelques-uns (notamment dans le Luberon) mais qui n’étaient pas très accidentés ; du coup j’aurais peur de ralentir mes potentiels accompagnateurs et de les empêcher de profiter convenablement des joies de l’exercice…
En tout cas, te lire est toujours un plaisir, on sent vraiment que tu places de la passion dans ce que tu fais et cela se ressent dans ton écriture.
nokturnalclashnokturnalclash on November 10th, 2016 10:42 pm (UTC)
Ma chère Rebecca, je te réponds encore avec 26 années de retard! j'en suis désolée, cela devient une vialine manie.
Concernant le barocco-montagnard, je conseillerais plutôt le village de Saorge,e t surtout celui de La Brigue, dont le nom ne paye pas de mine, mais très joli! Au bout du même bras de vallée (le vallon de Mararé), un bijoux de peinture renaissance: Notre Dame des Fontaines, à ne pas rater.
http://www.royabevera.com/decouverte/notre-dame-des-fontaines.html

Sinon, je pense sincèrement que ces randonnées te sont tout à fait accessible. Vu les dénivelés, il est toujours plus prudent de raccourcir la distance en conséquence, dans un premier temps. Mais il y a des refuges/auberges tous les 10km sur le GR5, donc aps de soucis. Pour monter à la vallée des Merveilles, trois voies d'accès. La plus simple n'est pas celle que nous avons prise, mais se fait vraiment bien d'après les gens que nous avons croisés au refuge: elle commence au lac des Mesches (nous sommes montés par le pas de l'Arpette, venant de la Vallée de la Gordolasque: ça se fait très bien mais c'est raide!).
Tour est bien expliqué ici:
http://www.tendemerveilles.com/infos-pratiques/vdm.html

N'hésites pas si tu souhaite venir randonner vers Grenoble (bon, ces temps, ce sera plutôt à skis...): ne crains pas de nous ralentir, si l'on voulait aller vite, on marcherait seuls!!

Merci pour tes gentils mots en tout cas, je te retourne le compliment sur tes dernières expériences photos: on sent que tu t’épanouis toi aussi dans ce que tu fais!

Bise!