You are viewing nokturnalclash

 
 
30 December 2013 @ 04:00 pm
Mariage de Cécile et Alexandre - 9 Novembre 2013  
Cécile et Alexandre

Il y a un peu plus d'un mois, deux de nos meilleurs amis de sont dit "oui" devant Madame le maire.
J'ai eu bien sûr beaucoup de joie à voir célébrer cette union, qui réunit deux êtres qui nous sont chers et qui méritent pleinement d'être heureux ensemble.

Cécile et Alexandre m'ont demandé d'immortaliser ce moment pour eux.
Je n'avais jamais fait de photos de mariage, mais j'ai dit oui (moi aussi), bien sûr, assez enthousiaste à l'idée de me frotter à ce sujet difficile des photos de couple, et d'essayer de capter l'ambiance de cette journée si importante dans leur vie. Avec un petit stress, cependant, mais curieuse.



Cécile et Alexandre

Photographe de mariage, c'est un métier à part entière, je ne l'ignore pas, et je ne prétend pas remplacer un professionnel. Mais cette journée à été riche d'expérience pour moi. J'ai déjà été sollicitée pour couvrir des évènements solennels, notament dans le cadre de mon travail actuel, et contrairement à ce que les gens pense parfois, couvrir un évènement en photo, c'est bien plus qu'être là, et appuyer sur le déclencheur de l'appareil, si possible de bonne qualité.

La photographie de mariage, c'est d'abord une épreuve de rapidité et de célérite: il y a plein de petits moments importants que l'on ne peut pas se permettre de rater, qui s'enchaînent très rapidement, et qui n'auront pas lieu deux fois: l'échange des consentements, l'échange des alliance, le premier baiser, le regard du marié découvrant sa dulcinée toute appretée pour lui, la joie des parents, les regards furtifs et plein de sens...Malgré cette rapidité, il faut arriver à capter l'instant, si possible avec la bonne luminosité, le bon cadrage, la bonne composition d'image... Les lieux changent, les gens bougent, les lumières aussi. Tous ces éléments font l'expérience du photographe de mariage.

Cécile et Alexandre

Il y a cependant une petite filitation avec la photo de concert (que je pratique bien plus assiduement!): se placer, composer l'image et attendre le moment fatidique qui va durer un quart de seconde: l'expression concentrée d'un musicien, un contact avec le public, un changement de lumières...

Cécile et Alexandre

Ce qu'il y a de plus frustrant et en même temps de plus amusant, c'est l'émotion des proches qui déborde: dans une société où même les générations de cinquantenaires ont tous un APN ou un smartphone, le réflexe est vite m'immortaliser ces moments clef. Si bien que, malgré tous mes efforts pour me placer, au moment du premier baiser, 25 personnes se sont levées et ont couru devant moi (littéralement), smartphone à la main...ruinant tout effort de cadrage, et polluant tous les champs de vision à 360° autour du couple. C'est un peu le serpent de mer et le sujet favori de blague du photographe de mariage, qui lui est là pour faire de la photo de qualité (que préfèrent les gens: 25 floues ou avec la tante Berthe qui se cure le nez en arrière plan, ou 1 photo bien, avec un grain de qualité, et qui valorise le sujet principal: les mariés?)...

Cécile et Alexandre

Dans tous les cas, c'était très rigolo de voir toute cette émotion déferler, et la grand-mère de 80 ans, qui essayait de prendre un cliché avec son téléphone portable: Ab'Fab! :)

Cécile et Alexandre

Les amis avaient choisi un thème tournant autour des années folles, et la mariée a surpris tout le monde en arrivant... en pantalon! Un vrai geste de féminité pleinement assumé, cependant! Enfin, pas n'importe quel pantalon! Un beau pantalon fluide avec un haut tout en transparence, et une belle étole en plume d'oie, cela lui allait à ravir!

Cécile et Alexandre

Cécile et Alexandre

J'ai fait une petite sélection d'images pour les poster ici, en tentant de prendre certes les meilleurs clichés, mais aussi ceux qui représentent pour moi les beaux moments de la journée.

Cécile et Alexandre

C'est bête, mais je n'avais jamais fait des photos de couple, je crois: j'ai fait des photos de modèles, du portrait, des choses parfois figées, j'ai couvert certains types de cérémonie, mais... mettre en scène l'amour, sans verser dans le "gnian-gnian", c'est bête, mais je n'y avais finalement pas tant pensé. Avec des amis, bien sûr, c'est plus facile! Surtout quand ils sont beaux, heureux et photogéniques! ;)

Cécile et Alexandre

J'avoue qu'ils se sont gentillement prêtés au jeu!
J'avais réfléchi en amont à des lieux, mais l'emploi du temps de la journée défilant à toute vitesse + problèmes de voitures, etc...ils nous a été impossible de nous y rendre. Il a donc fallu improviser, dans un rayon de 100 mètres autour du lieu où devait ensuite se dérouler le vin d'honneur. Chiche!

Cécile et Alexandre

Cécile et Alexandre

Je trouve qu'on ne s'en est pas si mal sortis! On était en plein centre de Lyon, dans un très joli quartier, donc il n'a pas été trop difficile de trouver quelques spots à photos ;)

Cécile et Alexandre

Cécile et Alexandre

Le pire, c'est qu'on s'est bien amusés ;)

Cécile et Alexandre

Cécile et Alexandre

Cécile et Alexandre

Cécile et Alexandre

Ne sont-ils pas meeeuuugnons? :)

Cécile et Alexandre

Cécile et Alexandre

Cécile et Alexandre

J'ajoute quelques clichés de la soirée: le lieu était vraiment superbe (Le restaurant Le Cintra, 2ème arrondissement de Lyon), et collait parfaitement à l'atmosphère douillette de ce mariage d'automne, avec des salles recouvertes de boiseries.

Cécile et Alexandre

Cécile et Alexandre

Cécile et Alexandre

Vin d'hommeur sur un air jazz avec un trio de musiciens, et repas délicieux!

Cécile et Alexandre

Cécile et Alexandre

Cécile et Alexandre

Cécile et Alexandre

Qu'est-ce que je vous disais: une mamie très connectée!

Cécile et Alexandre

Petit clin d'oeuil: les cigares offerts aux invité"s, "Roméo et Juliette"!

Cécile et Alexandre

Je suis très contente de cette expérience, pour laquelle je n'ai eu que des retours positifs, de la part de mes amis, et des familles! J'ai tiré un book complet pour les mariés, des tirages petits formats pour la famille, et nous allons bientôt faire un choix d'image pour un tirage grand format, propre à être encadré: des souvenirs pour la vie! :)

C'est tellement agréable à traiter comme sujet: j'ai jamais pris autant de plaisir à retoucher mes photos, je couinais comme une bécasse en regardant leurs bouilles heureuses!
Je suis partante pour renouveller l'expérience photos-de-mariage un millier de fois! :)

Je remercies mes amis pour leur confiance, et leur renouvelle tous mes voeux de bonheur.
Et le meilleur pour la fin:

Cécile et Alexandre

See you guyz!

 
 
( 6 comments — Leave a comment )
hana_no_kohana_no_ko on January 8th, 2014 09:43 pm (UTC)
En effet, quelle superbe expérience ce doit être ! Et encore plus pour des amis ! Je t'imagine tout à fait fondre pendant les retouches ^^

C'est vrai que cette frénésie de l'image a quelque chose d'assez agaçant, mais c'est un peu à l'image de la société contemporaine : tout tout de suite au détriment d la qualité... alors que c'est si agréable d'attendre pour avoir une belle photo ! Même si je comprends aussi le plaisir d'avoir son petit cliché instantané, mais bon...

En tout cas félicitations aux jeunes mariés, et la tenue de ton amie est superbe, tant d'élégance et de prestance, c'est un hommage aux années folles très joliment assumé et porté !
nokturnalclashnokturnalclash on January 10th, 2014 08:25 am (UTC)
Merci pour eux! :) Oui, mon amie Cécile était très belle, et le coup du pantalon est un joli clin d'oeuil à l'émancipation de la femme, je trouve!

Quant à la frénésie de l'image, je suis la première à la pratiquer, finalement: m'étant ouvert un compte instagram, je suis tout le temps en train de snaper mon quotidien... J'en parlais avec Fred et sa remarque était intéressante: il trouve que c'est surtout le sujet qui a changé, car les gens ont vraiment une facination pour les intérieurs, les détails de vie courante, la bouffe. Cette mouvance lifestyle envahit tout (la photo, la cuisine, le graphisme, les commerces, la mode) et commence à avoir un impact en termes de comportements sociaux aussi!
J'en suis la pleine représentation, mais...j'avoue me retrouver dans cette façon de magnifier le quotidien: nos vies seraient tellement plus fade sans cette sublimation du réel!
hana_no_kohana_no_ko on January 10th, 2014 12:20 pm (UTC)
En fait j'ai toujours différencié la frénésie de l'image par mode de vie (volonté d'embellir le quotidien, comme tu dis), et le besoin de dire "j'y étais". Disons que le premier mouvement pousse à rechercher une certaine esthétique de la vie quotidienne (disposition de meubles, jolis bijoux, nourriture appétissante) qui à terme est plutôt bénéfique, je trouve, car elle permet de garder des souvenirs de l'empreinte qu'on laisse et de l'embellir grâce au truchement d'un "juge" dans la figure de l'œil de l'objectif (du moins c'est comme ça que je le vis).
L'utilisateur lambda d'instagram (dont je fais partie aussi, il faudra que tu me passes ton nom d'utilisateur d'ailleurs :p) ne produira peut-être pas de grandes œuvres photographiques, mais il pourra l'utiliser comme vecteur d'inspiration ou comme cahier de souvenirs, c'est un peu émouvant cette possibilité nouvelle de fixer, comme tu dis, la sublimation du réel dans l'image, et encore plus troublant d'en faire une image virtuel, ça résonne encore plus comme un souvenir éthéré, mais dont l'œil peut en saisir la matière ! C'est vrai que le numérique a considérablement changé notre rapport à l'image !
Néanmoins j'ai du mal à considérer cette pratique d'embellissement du quotidien comme une utilisation frénétique de l'image. Quand je critique la frénésie de l'image, je pense plus à ce besoin presque maladif de tout garder, de tout photographier, même ce qui présente un intérêt nul, comme les selfies à tout va du type "je suis trop mal coiffée aujourd'hui lol" ou "j'ai mangé du pain aujourd'hui", même dérive finalement que pour ces milliers de blogs ou de chaînes youtube qui distillent du vent et où les gens utilisent ces médias pour exhiber une certaine forme de médiocrité et non comme moyen de progresser. J'ai tendance à voir dans tout une source d'apprentissage (peut-être à tort, le divertissement pour lui-même a peut-être du bon aussi) qui peut être source de plaisir pour l'autre, c'est peut-être prétentieux d'imaginer que mon blog ou mon compte instagram peuvent procurer du plaisir à ceux qui me suivent, mais en tout cas j'essaie de faire en sorte que ça le soit, comme un remerciement pour ceux qui me procurent de la joie et de l'harmonie quand je les lis parce que c'est beau et bien écrit. Mais du coup je ne considère pas vraiment cette approche de l'image comme réellement instantanée, ou du moins pas totalement, comme elle suppose un travail dans l'approche, dans la volonté de partager... Je ne sais pas. À vrai dire je me pose beaucoup de questions sur le nouveau statut de l'image (ce pavé bordélique doit en être la preuve xD) et sur ce que cette instantanéité apporte de positif dans l'apprentissage et l'évolution de soi vers un soi meilleur.

Mais en fait je suis d'accord avec toi (et c'est tout ce que j'étais venue dire, au début xD)
nokturnalclashnokturnalclash on January 10th, 2014 02:38 pm (UTC)
100% d'accord avec toi: c'est avec cette vision que je me console de mon mal. Mais honnêtement, mais avec cette vision justifiée, dans le quotidien, l'image prend beaucoup de place ... Le temps passé à faire des petites mises en scène, la photo systématique avant repas (même quand tu es accompagnée), l'angoisse de la lumière l'hiver, le temps de retouche, etc...
J'avoue même acheter de la vaisselle dépareillée (une assiette bleue, une serviette rose, une cuillère argentée...) dans le seule but de faire mes photos de miam...

Mais bon, je suis satisfaite du résultat!

T'as déjà lu le Magasine Fricotte?
C'est un truc que j'ai acheté une où deux fois, qui tourne autour du graphisme culinaire. Et pas de la cuisine. Il n'y a pas de recettes: seulement des interviews, des articles qui interrogent quelques codes sociaux nouvellement créés autour de la table, et surtout beaucoup de photos/art/dessins/créations graphiques etc... Le résultat, héals, est que ça sonne très creux. Un magasine de designer à l'adresse des gens qui bossent dans la com'. Les polices sont classes, les mises en page déchirent, mais... le problème c'est le fonds, et la justification de la démarche...
Il y avait un petit dossier sur le foodporn/foodsnaping dans un précédent numéro: je trouvais ça intéressant au niveau des questions soulevées, mais les réponses sont hélas un peu absentes (je te le scannerais, si tu veux)...

Mon Instagram: @nokturnalclash on ne peut plus simple! :) Oui, ajoute moi! Mon objectif de l'année serait de me redessiner un nouveau blog, avec un vrai nom de domaine, et de pouvoir intégrer tous ces widgets sur une même page ;) On peut rêver! Je mets ça sur le compte des bonnes résolutions...

Et sur les gens qui se prennent constamment en photos même pour ne rien dire: j'appelle ça l'effet télé-réalité: c'est fou comme ces émissions débiles ont pu décomplexer les gens face à leurs médiocrité! Maintenant, c'est pas grave de n'avoir rien à dire/ de ne pas savoir quoi penser/ de ne pas s'intéresser au monde qui nous entoure/ de n'y rien comprendre/de ressembler à une grosse vache avec un sac Miu Miu!
Aller, j'arrête de déverser ma bile: oui, je n'aime pas les gens! Et ça ne s'arrange pas avec l'âge...
hana_no_kohana_no_ko on January 10th, 2014 05:59 pm (UTC)
Je ne connais pas du tout Fricotte ! Du coup le concept du magazine c'est soulever des questions pour que les boîtes de com' s'y glissent pour placer leurs produits, c'est ça ? Belles images à l'appui ?
J'imagine que la com' doit toujours être un peu creuse pour que le consommateur y greffe son propre univers ._. Mais du coup je suis curieuse de voir à quoi ça ressemble, j'essaierai de me procurer le numéro dont tu parles !

Bon et bien je vais t'ajouter de ce pas sur Instagram ^^ Et si ça peut t'aider à te sentir moins seule, je ne suis pas particulièrement fan des gens non plus ^^"
nokturnalclashnokturnalclash on January 12th, 2014 11:26 am (UTC)
C'est un peu ça ;) Cela dit, il y a certains graphistes qui y bossent qui ont vraiment du talent, et dont je connaissais le travail (raison pour laquelle j'ai acheté deux numéros), mais sorti de ça, manque de fond certain.
Merci pour l'ajout!
Oui, on se reconnait entre misanthropes ;)
( 6 comments — Leave a comment )