Une escapade islandaise: une saga grandeur nature!


Landamnnalaugar 28

Déjà un mois et demi que nous sommes rentrés de nos vacances en Islande ! 

Cela faisait très longtemps que ce pays me tentait, et la courte semaine passée sur place n'a fait que renforcer cette attraction vers une des terres les plus singulières que j'ai pu voir, en termes de paysages ! L'activité volcanique façonne vraiment la nature d'une façon unique. Je suis rentrée le cerveau truffé d'envies folles d'expédition, de marche, de course, de traversées… Certainement l'effet grisant des grands espaces !

Landamnnalaugar 1
No blue lagoon, just a little gem!

Didjiz m'écrivait très justement quelque chose d'approchant sur Instagram : l'Islande, c'est un peu comme une secte, les gens qui y sont allés ne parlent que de ça, et de leur 20ème voyage sur place. J'ai toujours pris ça pour un manque de curiosité de faire plusieurs fois le même endroit, mais c'est vrai qu'une fois qu'on y est allé, on comprend mieux cette obsession. C'est tellement vrai.

Landamnnalaugar 10
IMG_8962

J'ai peur de vite plonger dans les poncifs en évoquant ce voyage… C'était tellement beau. C'est un pays qui a, et à fort juste titre, un grand pouvoir évocateur chez pas mal de gens. Et je ne veux rien en briser, d'autant qu'il a répondu à nombre de ceux que je possédais! Tout nous a plu et je manque de superlatifs pour venir à bout du sujet: les paysages, la lumière, cette culture fière et presque onirique (déjà, pour vivre sous un climat pareil… il en faut !) Alors, je vais vous parler d'aspects plus pratiques : ceux que parfois on aime bien lire, quand on prépare soi-même son voyage.  

Reynisdrangar 3
Mýrdalsjökull 7

Pour être 100 % transparente, ça a été très difficile pour moi de me contenter d'une courte semaine (= la fille a des problèmes existentiels : ses vacances sont trop courtes, quoi!), amputée à un bout et à l'autre par le voyage en avion, qui nous obligeait à partir et à revenir à Reykjavik (ie. À des heures de ce qui nous intéressait en Islande). Je me suis cassée la tête sur une carte à essayer de composer un itinéraire pour voir un max de choses, mais comme toujours : c'est quand tu quitte le programme et que tu arrête de speeder à tout prix que le voyage est chouette.

Liberté
Tempête

L'Islande est actuellement victime de son succès, avec un tourisme exponentiel, multiplié par 10 en l'espace de 10 ans. Donc oui, les copains qui ont visité l'île il y a 5 ans ne voulaient pas me croire mais on a bien croisé des bus de touristes asiatiques, avec perches à selfie, k-way fluo et tutti-quanti. Pas de mépris de ma part pour ces personnes, c'est simplement symptomatique d'une tendance : un tourisme mondialisé, qui s'inscrit dans des circuits de Tour Operator. Et c'est tout ce qu'on était venus fuir en Islande.

En passant sur la n°1, belle cascade dans les rayons du matin

Certains sites sont magnifiques mais je n'arrive pas à en profiter quand il y a du monde. On n'est pas sur la fréquentation de l’acropole d'Athènes, mais pour moi qui ai l'habitude d'avoir la montagne un peu pour moi toute seule, ça a un peu été le traumatisme (au départ, après on s'est juste cassés!)

IMG_8951

Fort heureusement, il y a de grandes étendues désertiques où l'on ne croise personne, et qui donnent le tournis par leur caractère sauvage et immaculé. C'est juste que comme souvent, en voyage, c'est bien d'arriver à passer outre les recommandations des guides et des blogs : on a tous des attentes différentes, alors autant essayer de faire un voyage qui correspond aux siennes.

Desertic road
en passant sur la route n°1

Pour s'isoler une seule règle : vite quitter la route n°1, si connue, qui fait le tour de l'île. On a été un peu embêtés par notre véhicule : à la base, on avait réservé un petit 4x4 de franchissement (Suzuki Jimmy pour être précise), qui n'était finalement pas dispo ; on a pris une compagnie cheap volontairement (c'est un demi jeu de mot car nous sommes passés par le site Cheap Jeep qui loue des véhicule d'occasion réparés par leurs soins), parce qu'on ne voulait pas claquer le PEL pour un voyage d'une semaine, et qu'on a d'autres trucs à payer cette année. En définitive, à notre arrivée, le Jimmy était en panne et CheapJeep nous a proposé un surclassement pour un Qashqai de chez Nissan : en termes de confort, c'est sûr que c'était mieux, mais nos projets fous de traversée du Landmannalaugar par les pistes à gué nous paraissaient un peu compromis…  

Passage de gué obligé sur la F 232
le volcan hekla dans les derniers feux du jour

Il faut en effet s'attendre sur certaines pistes à traverser des rivières en voiture, à un endroit où le débit et la profondeur sont au plus bas. Mais la manœuvre est risquée : il n'est pas rare d’immerger son pot d'échappement (ce qui visiblement, en soi, n'est pas un problème tant qu'on laisse les gaz : l'eau n'y pénètre pas) et de se faire quelques petites sensations (caillou surprise des fonds lacustres). J'avais reçu plein de bons conseils là-dessus avant de partir mais le risque reste là : c'est le seul pour lequel on n'est couvert par aucune assurance au monde. Aucune. On peut prendre des extensions d'assurance de folie en Islande, pour les tempêtes de sables ou les éruptions, mais par pour les traversées de gué. Heureusement qu'on n'a pas inventé les cheminées au XXIème siècle car je pense que sinon, c'est une invention qui n'aurait jamais décollé, la faute aux assureurs : faire du feu dans votre maison mais sans la brûler, ah non, mon bon monsieur, vous n'y pensez pas ! Bref, tout le monde le fait, mais c'est à vos risques et périls. Donc un véhicule haut est plus que recommandé. Et même si le Qaishqai est un 4x4 avec quatre roues motrices, il est plus dans la catégorie SUV que dans dans celle des 4x4 de franchissement.

Our rental car
IMG_8968

Ceci étant dit, nous avons quand même pris des pistes, et même traversé un gué avec le Qashqai, mais autant dire que c'était un peu la séquence émotion du voyage : on se sent un peu comme un joueur de Casino ruiné qui déciderait de jouer le tout pour le tout sur une mise. Ça peut vous coûter cher ! Bon, contrairement au joueur de Casino, on est allés sonder les possibilités de perte avant (et puis, si on gagne, on ne rafle pas la mise!) : en slip, jambes nues dans la rivière. Ça donne une idée plus claire de la hauteur de l'eau, qui ne saurait se présager depuis la rive ! Mais tout s'est bien passé. Et franchement, nous ne regrettons pas : ces pistes chaotiques sont celles où l'on croise le moins de monde, et où l'immersion est la plus intense.  

église scandinave
Sea in sight from the top of Vik

Après avoir passé trois paragraphes à vous parler bagnole, vous devez vous dire qu'on a passé notre semaine à rouler ! Pas exactement, en fait, car on a fait quelques jolies rando ! Mais le climat est rude, et comme nous avons quasi-exclusivement campé dehors (à l'exception d'une nuit de tempête dont j'ai déjà parlé sur Instagram), la voiture est vite devenue le refuge contre les éléments déchaînés ! Nous sommes essentiellement restés au Sud de l'Islande, et le vent est très présent dans cette partie de l'île. La pluie aussi. L'association des deux a quand même tendance à former un combo du meilleur effet : les membranes techniques de haute montagne résistent rarement plus de deux heures à une pluie horizontale. Et oui, d'habitude elle tombe du ciel, mais en Islande, il faut s'habituer à se la manger dans la poire ou à se faire fouetter abondamment le cuissot par la face Est !

Méandre

Je vends du rêve, n'en jetez plus ! :')

lac cratère

Et pourtant, je peux vous jurer que c'était malgré tout un très beau voyage, et que je suis rentrée super heureuse de cette parenthèse nordique ! J'y retournerais avec plaisir, et certainement pour y réaliser un projet sportif. Les traversée de l'île comme celle qu'a fait Vince me font bien rêver, mais je ne sais pas si j'arriverais à poser assez de congés pour le faire (et à supporter les éléments déchaînés pendant autant de jours!). Pas sûre d'avoir la résistance pour supporter également le climat en vélo, mais la prochaine venue comportera au moins une part d'itinérance, je le promets !

minet lunaire

Depuis que nous avons Alfred (notre petit van aménagé porte un nom, en effet!), nous avons très peu bivouaqué. Donc cette semaine en tente dans des conditions un peu extrêmes a constitué une bonne ré-acclimatation ! Finalement, j'ai très bien vécu la semaine, malgré le froid, malgré plusieurs nuit passées sous la pluie. Je crois que ce qui m'a le plus manqué c'est la nourriture. On était partis sur un budget bouffe ultra-cheap (avec notre niveau de vie, on se sent probablement comme un réfugié Ouzbek débarquant en France lorsque l'on pénètre dans un supermarché Islandais). C'est vraiment pas quelque chose qui gêne Alain, mais moi, autant je peux dormir par terre, me laver le visage à l'eau glacée et faire popo dans les bois (#postglamour), autant manger mal me dégoûte. C'est fou l'influence que ça a sur mon moral ! Moi qui repensais aux posts de Mingou sur son voyage, et à la description de ses repas...

cliffs
Reynisdrangar

Au bout de 4 jours, j'étais ultra-fatiguée. Bref, on a fait un restau, on a refait des courses selon mes critères, et on est repartis dans la montagne pour deux jours et tout allait mieux ! Cette nuit-là a été la plus froide du séjour (mon gel douche a gelé!), mais c'était aussi la plus belle.  

https://instagram.com/p/Bn8VSkBHgLR

Que dire qui n'ait pas déjà été écrit ? Je laisse mes photos parler d'elle-même en ce qui concerne le fantastique panel de couleurs, de textures de roche, de lumières… C'est vraiment le paradis des photographes. On trouve de très très belles galeries sur Instagram, qui rendent vraiment modeste sur  les images qu'on peut ramener de voyage, mais le plus beau, c'est de les voir, de les vivre avec ces propres yeux.

Landamnnalaugar 33

Certains sites sont ultra fréquentés et photographiés, et de ce fait, même s'ils sont magnifiques, ce ne sont pas forcément ceux qui m'ont le plus marqués.  

Þakgil 7

Au nord de Vik, nous avons dormi dans l'adorable camping de Þakgil : rien que la route (enfin la piste) pour accéder au site, vaut son pesant de cacahuètes ! On traverse plusieurs monticules de scories, un décor digne d'une entrée dans le Mordor, on surpblombe le désert du Mýrdalssandur, avant de se faufiler dans un canyon, et de déboucher sur un cirque de montagnes, où niche le site de camping. Nous avons fait cette route à la tombée du jour, c'était juste magique ! (et tellement beau que je n'ai même pas essayé de prendre de photos, c'est notre petit souvenir à nous) Pas de salle hors sac, mais une grotte, équipée d'un poëlle pour cuisiner, et éclairée à la bougie. Grosse ambiance de hyppie dans ces grandes tablées réunies sous la roche, dans un éclairage tamisé, à la chaleur du feu de bois. Si un jour, je veux faire une fête exceptionnelle, je crois que ce serait l'endroit que je choisirais !

Mýrdalsjökull 2

Ce soir-là, on a bénéficié d'une visibilité de malade sur les étoiles, que les reliefs déchiquetés tout autour rendaient encore plus magiques. On est partis sur une rando le lendemain, la curiosité attisée par un panneau à coté du parking. C'était vraiment l'idée du siècle ! On n'a croisé personne de la journée, ou presque (on a entraperçu 2 silhouettes sur un massif voisin, sans se croiser), on s'est laissés aller en dehors du sentier pour approcher le glacier du Mýrdalsjökull... Et on est to

mbés sur un cirque glaciaire à couper le souffle. Je me souviens de mon émotion en approchant du bord. La mer de glace n'est plus qu'un vieux glaçon fatigué à coté ! Quelle démesure.  

Mýrdalsjökull 4

Et le retour s'est fait sur les hauteurs de plusieurs canyons verdoyants : des reliefs noirs et abruptes, couverts de mousse, qui courraient presque jusqu'à la mer, scintillant au loin. On a eu trois fois la pluie, ce jour-là, mais des intensités de lumière entre deux, valaient tout l'or du monde. On a mangé des chips de gras de porc achetées par erreur (cette langue barbare !! J'aurais du me douter : il y avait un tout petit cochon sur le haut du paquet!), et on a retrouvé notre solitude que nous aimions tant ! Ce voyage, c'était aussi un cadeau d'Alain pour nos trois ans, alors merci à lui. C'était vraiment une très belle surprise !

Et vous, vous les préparez comment, vos voyages ?  

Landamnnalaugar 29


Error

Anonymous comments are disabled in this journal

default userpic

Your IP address will be recorded