Premières impressions de la Palma: couleurs et ambiance urbaine

Arriving in Santa Cruz calle Real
Arriving in Santa Cruz calle Real

Toutes les confusions sont possibles : s’agit-il de Majorque ? De Madère ? De Tenerife ? Méditerranée ou Océan Atlantique ? C’est souvent cette confusion qui jaillit quand je dis que je suis partie en vacances à La Palma.

Santa Cruz 2
Santa Cruz 2
Santa Cruz 1
Santa Cruz 1

La Palma est une petite île de l’archipel des Canaries. Elles sont en fait sept, au large des côtes Sud Ouest du Maroc, et la Palma est celle la plus à l’Est. D’un climat très tempéré de par sa position au milieu de l’océan atlantique, elle n’hérite en rien de la sécheresse du Sahara occidental. C’est même plutôt l’île de l’abondance dans cette principauté Espagnole !

Première impression à Santa Cruz
Première impression à Santa Cruz
Papayes
Papayes
Los Llanos de Aridane 5
Los Llanos de Aridane 5

Je crois que c’est certainement ce qui nous a le plus marqués à notre arrivée sur l’île : la profusion.  D’accord, le décalage est d’autant plus marquant que nous sortons de notre hiver montagnard (nous avons voyagé à la la Palma dans la deuxième quinzaine de mars) mais quand même. Tous ces fruits qui poussent (presque) sans efforts : bananes, avocats, oranges, citrons, mangues, néfliers… Que de douceur, que d’abondance ! Ce sont ces belles cultures, accrochées aux pentes qui drivent rapidement le regard.

Santa Cruz de la Palma par les hauteurs
Santa Cruz de la Palma par les hauteurs
San Antonio - perfect coffee shop
San Antonio - perfect coffee shop

Et toutes ces belles fleurs, et cette profusion de couleurs dans les arbres, dans les jardins, sur les murs des maisons… beaucoup de gaieté qui manque un peu à nos hivers tout gris. C’était donc pour nous avant tout un shot de douceur. J’espère que ces quelques photos vous transmettrons un peu nos impressions. J’avais envie de tout clicheter !

On the hills of Santa Cruz
On the hills of Santa Cruz
Sharp street in Santa Cruz
Sharp street in Santa Cruz

Je n'ai jamais été en Amérique du Sud mais toutes ces petites maisons colorées, avec leurs toits terrasse et leurs pots de succulentes fleuries m’ont projetée loin de mon quotidien ! Il y avait comme un air de Havane… Enfin ce que je fantasme probablement de la Havane, mais passons.  

Los Llanos de Aridane 7
Los Llanos de Aridane 7
Piazza Chica 6
Piazza Chica 6

Comme ce n’est pas encore une île trop touristique, les habitants ne sont pas encore trop agacés par la présence des touristes, par nos manies maladroites. Nous avons trouvé les gens très gentils, calmes et accueillants. Ambiance insulaire oblige, tout le monde se connaît un peu et ce petit monde interdépendant fonctionne à merveille. Le chauffeur de bus attend que le papy qui vient de monter s’assoie avant de redémarrer. Les gens amorcent la discussion très facilement et à propos de tout : les promotions sur les fraises au supermarché, la météo, l’odeur d’un bon café… J’avoue trouver cette bienveillance due aux espaces où l’on est tout sauf anonyme, assez agréable (point de vue de trentenaire, sans doute…), même si au quotidien, être un jeune sur l’île doit pas toujours être super rigolo.

Los Llanos de Aridane 2
Los Llanos de Aridane 2
flowers
flowers

Coté météo, en mars, c’est quand même l’hiver aux Canaries, et contrairement aux clichés, l’île n’est pas toujours ensoleillée. Et oui, tous mes collègues imaginaient mais vacances comme une grillade de fesses sur une plage des Seychelles : cela n’a rien à voir (et d’ailleurs, si c’était comme ça, je n’y serais pas allée!! Pas mon style de vacances, vraiment).

Old houses of Santa Cruz
Old houses of Santa Cruz
Kite à Santa Cruz
Kite à Santa Cruz
Los Llanos de Aridane 6
Los Llanos de Aridane 6

Quoi qu’il en soit, l’Est de l’île souffre, assez facilement, de bonnes couches nuageuses, qui viennent s’échouer avec le Golf Stream, sur les premiers reliefs. Et puis, malgré un choix stratégique de localisation à l’Ouest sur la deuxième partie de notre voyage, nous avons promené notre chance légendaire en matière de météo : il a plu tous les jours, pendant  huit jours. On préfère en rire : c’est notre petit nuage que nous emportons souvent dans nos bagages ! Mais ce n'est rien comparé aux tempêtes de neige qui peuvent sévir dans les Alpes à cette saison : 2h de pluie seulement par jour et 15°C, on ne crache pas dessus.  

Santa Cruz
Santa Cruz
Urbex?
Urbex?

Qu’importe ! Nous en avons quand même pleinement profité. Même si on a bien rigolé en revenant à l’aéroport, devant les immenses fresques photo représentant les plus beaux paysages de l’île, et les coins les plus célèbres : sûr qu’on ne les a jamais vus comme ça , voir même jamais vu tout court grâce au brouillard !! La Palma, c’est environ 300 jours de beau temps par an, sur la façade Ouest de l’île. Mais il faut bien des hivers et un peu d’eau pour les cultures « canariotes » ! L’île n’en reste pas moins très belle à parcourir.

Balcony
Balcony
Los Llanos de Aridane 4
Los Llanos de Aridane 4

Elle est en fait assez petite, mais nous aimons prendre notre temps, il nous resterait encore la partie Nord à découvrir. Nous n’avons donc pas cédé aux sirènes de la réservation de voiture, et nous avons tout parcouru à pied ou en bus, ce qui fonctionne très bien. Le réseau de l’île s’appelle les Guagua bus, ce qui nous a fait pouffer pendant tout le voyage (panneau « estacìon de guagua » à l’entrée des villes : fou-rire assuré) : quel est cet étrange oiseau rigolo que le guagua ?!

Los Llanos de Aridane 8
Los Llanos de Aridane 8
Los Llanos de Aridane
Los Llanos de Aridane

Bref, je vous laisse profiter de ces quelques clichés de couleurs, de jolies maisons aux fenêtres mudejar, de vue de mer et de fleurs. Je pense que je referais un autre article sur nos activités plus sportives sur l’île, pour vous raconter nos petites aventures :)

Piazza Chica 1
Piazza Chica 1
Au bout de chaque rue, une montagne
Au bout de chaque rue, une montagne

J'ai adoré ces ruelles aux façades colorées, avec souvent vue sur la mer ou sur la montagne, avec ces fils électriques bordéliques qui passent un peu partout, et ces plantes grasses qui prennent leurs aises dans les gouttières! Ce qui nous a frappé, c'est aussi la raideur de certaines rue, qui prennent la déclivité pleine pente direct: ça donne des rues avec presque 20% d'élévation! Complètement fou: faut pas se retrouver dedans un vélo par hasard, ça doit faire un drôle d'effet de se manger un mur!!

La Luna 3
La Luna 3
La Luna 1
La Luna 1

Notre premier hébergement se trouvait dans un village perché, Breña Alta, si bien que nous avons eu l'impression de faire sans cesse des va-et-vient entre le village (400m) et le niveau de la mer! Mais c'était très amusant. On a souvent coupé à travers les villages, traversant tantôt des bananeraies, tantôt des champs entiers d'avocatiers. Et cette sensation de descente vers l'eau, d'horizon bleu qui s'ouvre progressivement à nos pieds, était vraiment assez chouette. 

Danse des fils
Danse des fils
Holà
Holà

Chaque maison était différente, et nous paraissait ingénieusement aménagée. Elles semblent le tendre reflet de leurs propriétaires, que l'on peut voir se projeter dans quelques détails touchants, que ce soit les potées de fleurs merveilleuses agencées devant les fenêtres, les fresques et les azulejos, la peinture d'un portillon qui s'effrite, où l'ombre d'un grand néflier sur une terrasse. Bref, on a beaucoup aimé les petites citées de l'île de la Palma. 

décrépitude
décrépitude
Los Llanos de Aridane 11
Los Llanos de Aridane 11


Error

Anonymous comments are disabled in this journal

default userpic

Your IP address will be recorded